Hadaka Matsuri

Quand on parle du Japon, on pense tout de suite à l’aspect exotique, un peu fou de la culture de part le mode de vie, les magasins, le style vestimentaire, les événements etc etc. Cependant, la fête que je vais vous présenter aujourd’hui est assez surprenante dans son domaine. Il s’agit du Hadaka Matsuri.

Le Hadaka Matsuri (fête de la nudité) est une fête se déroulant le troisième samedi du mois de Février principalement dans la ville de Saidaiji-naka qui est une préfecture d’Okayama (la fête étant organisée dans d’autres régions mais moins populaire). Durant cet événement, c’est des centaines d’hommes vêtus exclusivement d’un pagne qui se retrouvent au temple Saidai-ji afin de lutter pour être bénie et avoir une année remplie de chance.

Tout d’abord, les hommes sont regroupés en un point précis ou ils seront purifiés avec de l’eau lancée par le prêtre. Ensuite, les hommes lutteront les uns contre les autres pour pouvoir obtenir des bâtons d’une vingtaine de centimètres appelés Shingi lancés par le prêtre. Une fois qu’un combattant se retrouve en possession d’un Shingi, il doit aller le planter dans une boite en bois situé en hauteur appelée Masu. Le gagnant est appelé Homme Chanceux et est béni pendant une année. Pour les autres, quelques porte-bonheurs sont lancés dans la foule.

Pour comprendre l’existence de cette fête, il faut remonter 5 siècles en arrière. Les fidèles du temple se rassemblaient pour récupérer des talismans en papier appelés go-o lancés par le prêtre. Ses talismans étaient symboles de la fin des entraînements ascétiques et étaient censés apporter chance. Plus les années passèrent, plus le nombre de participants augmentèrent rendant cette fête de plus en plus populaire. Avec ceci, les talismans en papier furent remplacés par des amulettes en bois plus résistantes appelées ofudas.

De notre point de vue, cet événement peut paraître fou de par la nudité quasi omniprésente. Il faut savoir qu’au japon, la semi-nudité n’est pas un problème. En effet, cette dernière symbolise la sainteté et le sacré. Il suffit de voir les onsens, les grands bains publics ou il est normal d’être nu avec les autres.

Au final, quoique l’on en dise, le kadaka matsuri gagne chaque années en popularité et attire de plus en plus de visiteurs curieux de découvrir quelque chose que l’on ne retrouve pas chez nous.

Article par Joackim Gyurjan

Sources :

nakedman_shingi

inarivzm

Laisser un commentaire